Simplicité volontaire : les jouets

Je vous invite à lire cet article que j’ai découvert sur la page facebook d’Edith .

En fait, chez nous, c’est déjà ainsi. Les filles ont peu de jouets. Et à chaque(s) nouveau(x) jouet(s), nous trions les anciens et faisons du vide pour accueillir les nouveaux. Les filles donnent facilement. Elles aiment choisir à qui donner. Oui par contre, il y a certain jouets qu’elles gardent par attachement affectif à celui/celle qui l’a offert ou pour la circonstance dans lequel il a été acheté. J’ai toujours respecté le tri : elles trient, pas moi. Je fais avec elles, je les accompagne. Mais elles font leur tri. je n’apprécierai vraiment pas qu’une personne fasse du vide dans mes affaires sans mon accord ou en me contraignant. Je ne leur fais pas subir cela.

Il est vrai, qu’elles jouent aussi toujours avec les mêmes jouets. Alors pourquoi garder les autres ? Autant les donner plutôt que d’encombrer la maison avec des choses inutiles… (je fais pareil avec mes affaires). Puis j’ai une devise : je range par le vide. Je n’ai jamais aimé avoir une maison encombrée : je me sens encombrée intérieurement.

Le plus difficile est pour les livres : elles aiment les livres. J’aime les livres. Elles, nous, avons un fort attachement à nos livres, soit car ils nous sont utiles, soit car ils ont une histoire, un affect. Puis, dans notre environnement de vie très (extrêmement) rural, la médiathèque est loin. Nous ne pouvons pas nous y rendre régulièrement. Cela demande trop de temps et surtout trop de coût en carburant, alors que nous courant déjà pas mal et loin pour les activités et divers rendez-vous. Puis j’ai remarqué que les filles sont comme moi : nous avons besoin de posséder le livre pour le lire…

Et chez vous, c’est comment ?

 

Moins de jouets = Des enfants qui jouent plus

 

Laissez un p'tit mot ou un grand, ça fait toujours plaisir et motive à écrire ce blog ;) Merci