Français et troubles dys

Notre 12 ans reprend son suivi neuropsy, après des vacances, pour les troubles dys et de mémoire de travail.

Comme j’ai pu l’exprimer dans d’autres articles, le unscho radical à mon sens montre ses limites quant à ses difficultés : évidemment elle fuit toutes activités qui risquent de la mettre face à ses difficultés. Logique…

Seulement ses difficultés a un moment, elle ne peut pas les fuir non stop. Je cherche des façons de l’amener à travailler dessus et acquérir un minimum de base tout en restant dans le ludique, la mise en exergue du positif et que cela ait du sens pour elle et réponde à ses besoins.

J’ai besoin de supports adaptés. J’ai besoin d’une trame. Je me sens démunie face à son profil et ce qui en découlent. Je la sens en détresse et je cherche des solutions pour l’aider, l’accompagner. Elle se sent tellement « nulle », « bête »… Elle voit aussi sa petite sœur de 5 ans (dans quelques jours) demandeuse à apprendre le son des lettres, écrire (elle recopie des modèles). Elle craint secrètement que sa petite soeur la rattrape, soit plus intelligente et que du coup j’ai plus d’amour pour sa sœur. Comment lui faire comprendre que je l’aime inconditionnellement et que ces difficultés ne changent rien. Comment lui faire comprendre que chaque être est unique avec ses richesses et qu’elle en est remplie ! Mon cœur de maman saigne et s’inquiète…

J’ai aussi longtemps cherché ce qui pourrait expliquer ses troubles… Je ne retrouve pas les facteurs avancés souvent pouvant induire ces troubles neurologiques (à part peut être la piste génétique : son papa a des troubles similaires). Puis, tout à coup, je me suis reprise en pleine figure : maladie de Lyme.. Hé oui, ma grande a eu lyme +++ à 3 ans et demi (elle l’aura toujours, on en guérit jamais vraiment. Je l’ai aussi). Et oui, y a un avant et un après. Ma petite fille s’est métamorphosée suite à cette maladie. Et le médecin qui nous suit pour Lyme avait bien expliqué que chez les enfants, Lyme produit des troubles neurologiques, dont des troubles de l’apprentissage : troubles de l’attention, mnésiques, concentration, de l’humeur… et d’autant plus qu’elle a un lyme neurologique. Et c’est vrai que ses difficultés ont débuté à cette période. Foutue Lyme…

J’ai demandé à la neuropsy que nous ayons des petits exo à faire à la maison afin qu’elle automatise. Elle a besoin de passer par une répétition régulière.

J’ai aussi découvert depuis un moment le site dys-positif.fr (et leur page facebook). L’association propose des supports adaptés. Je vais tenter. Certaines ressources sont accessibles en téléchargement libre. Pour tout télécharger, l’adhésion à l’association est nécessaire.

L’association DYS-POSITIF a créé des cahiers de vacances et de nombreuses fiches pédagogiques (exercices, évaluations, leçons, cartes mentales, jeux, lectures, écritures,…) pour aider les élèves en difficulté (troubles des apprentissages, troubles dys)

Si quelqu’un connait je veux bien vos retours et si vous avez des supports sympas adaptés aux dysorthographiques notamment, je suis preneuse. Merci.

 

Je souhaite partager ce blog d’un maman d’enfants dys : https://fantadys.com/

Fantadys est un blog sur les dys-férences, sur la vie autrement avec des enfants différents : apprendre différemment (mind-mapping, par le jeu), éduquer autrement (éducation positive et bienveillante) mais aussi des trucs et astuces pour se faciliter la vie au quotidien avec nos petits fantastiques !

Pourquoi ce blog ?

  • Parce que je suis une « special mother », la maman d’enfants différents MAIS fantastiques : Léo, 10 ans, DVS & Co (dyspraxique visuo-spatial entraînant une dysgraphie et une dyscalculie, accompagnées de troubles de l’attention et des fonctions exécutives) mais aussi d’un petit loustic de 3 ans, Eliott, qui ne rentre déjà pas dans le « moule scolaire »
  • Parce que être DYS, c’est être DYSfférent mais pas débile déficient intellectuel
  • Parce que les enfants DYS apprennent DYSfféremment
  • Parce que j’ai la chance d’avoir une maman enseignante à la retraite qui met tout son savoir pour aider son petit-fils et toute sa patience pour le comprendre 
  • Parce que toutes ces heures de travail et d’observation peuvent servir à d’autres parents et surtout à d’autres enfants
  • Parce que ce blog, c’est MA thérapie, c’est ce qui me permet d’être toujours plus forte et m’aide à surmonter mon quotidien

 

Liens: http://wildrichar1.wixsite.com/lire-et-ecrire

https://www.facebook.com/richard.wild.54943

C’est quoi un dyslexique ?
– Maman ! C’est quoi un dyslexique ?
– C’est toi mon petit.
– Je suis méchant, dis-moi, Maman ?
– Mais non ! Tu es tout gentil, tu fais trop de fautes d’orthographe.
– Alors je suis bête ?
– Mais non tu n’es pas bête
– Alors pourquoi j’énerve le maître, il me dit que je ne fais pas assez attention et que je suis lent et qu’il n’a pas le temps de s’occuper de moi.
– Oui ! Peut-être qu’il n’a pas le temps, tu es un peu plus lent que les autres, mais tu verras tu t’en sortiras et tu deviendras quelqu’un de bien et tu pourras exercer le métier qui te plaira le plus, m’importe quel métier.
– Ho ! Oui je veux être architecte.
– Tu le serras. Fais un peu plus attention à la dictée et ça ira mieux, bientôt tu vas passer les tests pour ton handicap et tu vas pouvoir te servir d’un ordinateur en classe. Tu verras ça ira mieux.
– Dit, maman, je suis un handicapé ?
– Mais non ! Tu as un handicap à passer, l’orthographe, et tu dois aussi mieux ranger tes affaires et mieux tenir tes cahiers.
– Alors je serais architecte ?
– Mais oui ! On y arrivera ;
– T’aime maman, je vais faire attention, je vais commencer par ranger ma chambre et mon bureau et je vais faire plus attention.
– Allez ! Va, je t’aime aussi.

Non ! Un dyslexique n’est pas un handicapé, il n’a aucun dysfonctionnement de l’esprit. Il a tout simplement une autre réflexion devant tous les problèmes à l’école comme dans la vie. Il doit surmonter le handicap que lui met sur le dos le programme étriqué de l’éducation nationale. Si certains en doutent, regardez la photo c’est ce qu’Einstein en pense de l’orthographe, et ce qu’il en dit « l’orthographe est la science des sots ». Car lui aussi était un grand Dyslexique. De toutes les célébrités Dyslexiques qui ont changé la face du monde, je ne vous citerai que les plus célèbres : John Kennedy, Bill Gates, Winston Churchill, Jules Verne, Agatha Christie, Picasso, Leonard de Vinci, Galilée.
Je suis moi-même dyslexique mais pas célèbres, un enfant maltraité par certains enseignants dans les années 50. Viré du lycée en 5e pour mauvaises notes en français. Je suis aujourd’hui romancier, et j’ai été correspondant de presse pendant 8 ans. 5 de mes romans ont été publiés à compte d’éditeur le dernier à pour titre « Mémoires d’un dyslexique » aux Éditions du Net. Après avoir lu tout ça, vous ne croyez pas qu’il y a un truc qui ne va pas, ou même plusieurs, Selon Ronald Davis un spécialiste en la matière : le paradoxe des dyslexiques est la cohérence au sein de leurs incohérences. Alors ne perdez pas pied, marchez droit et fier avec vos fautes d’orthographe, et faites votre chemin il peut-être lumineux et n’oubliez pas qu’un dys étonne toujours.

Richard Wild

 

Laissez un p'tit mot ou un grand, ça fait toujours plaisir et motive à écrire ce blog ;) Merci