« Français » – notre méthodologie

J’essaye de favoriser la lecture et l’écriture, via du travail par thème (apprentissages transversaux) et atelier d’écriture.

Pour le français, je pensais m’appuyer sur « je vois j’entends j’écris » et « L’orthographe au quotidien moi j’y tiens » (téléchargeable gratuitement) qui est très ludique (mots fléchés, mots mêlés etc). Ma grande accroche bien. Mais, la progression n’est pas adaptée pour elle. Elle doit mémoriser beaucoup de mots avec des particularités orthographiques où leur seul lien est le « son » abordé , ça la met en échec, elle perd confiance en elle. Elle n’arrive pas à mémoriser les mots où le son ‘an’ est avec un ‘e’ ou un ‘a’ par exemple, même à force de le lire et le relire ou l’écrire et le ré écrire.

Après maint triturage de cerveau, nous avons trouvé une méthodologie qui pour le moment lui plait et fonctionne assez bien:

  1. Nous choisissons un thème lexical en lien avec notre vie et environnement ou un sujet qui l’intéresse (la famille, la maison, les animaux…)
  2. Elle me dit les mots auxquels elle pense et je les écris (noms, verbes, adjectifs). Je l’aide à compléter si besoin cette liste de mots. Puis, nous voyons ensemble les familles de mots pour chacun des mots. Quand la liste est terminée, elle les lit.Je les classe par difficulté orthographique :
    – D’abord, les mots sans difficultés particulières : ils s’écrivent comme ils s’entendent (ex :  tata, tonton, papa… ).
    – Puis, ceux avec une orthographe particulière : ceux qui sont en lien avec une règles d’orthographe précise (ex : jambon = un « m » devant un « b »).
    – Et enfin, ceux avec une orthographe avec graphèmes complexes qu’on doit connaitre par cœur, car pas de règle orthographique (ex : enfant = savoir quand le son « an » est avec un « e » ou un « a »°.
  3. Elle écrit sous ma dictée les mots avec des syllabes simples, sans particularité orthographique (tata, tonton… ), ceux s’écrivant comme ils s’entendent !Comme elle sait l’écrire correctement, elle prend confiance en elle et ça lui permet de consolider la correspondance sons/graphèmes.
  4. Puis, je regroupe les mots en lien avec une règle d’orthographe. Je lui explique la règle. Si besoin, elle fait des petits exo ludique pour travailler la règle avec le livre « Ortho CE2 – Hatier« . Puis, elle relit bien les mots et les écrit.

  1. Enfin, nous décortiquons l’orthographe des mots à connaitre par cœur et cherchons des astuces qui peuvent aider à s’en souvenir.
  2. On fait des jeux pour qu’elle écrive ou lise les mots appris (mots croisés, mots mélés : pour créer des mots mêlés ou croisés), des questions qui appelle le mot, des dictées à trous qu’elle fait en autonomie.
  3. Puis quand je sens que c’est solide, je lui dicte les mots sur une feuille avec 2 colonnes. Une colonne ‘je suis sûre’, l’autre ‘j’hésite’. Elle écrit chaque mot dans la colonne de son choix. J’avais vu çà sur un site d’instit pour aider l’enfant à prendre confiance en lui. Elle voit ainsi que nombreux mots sur lesquels elle hésite, bien, elle les écrit correctement, en fait. Puis, elle écrit des phrases composées qu’avec les mots appris. La rédaction à partir du lexique travaillé permet d’aborder la grammaire et conjugaison. Quand l’écriture du mot est bien intégrées, elle l’écrit dans son répertoire orthographique.

Nous avons débuté avec le thème de « la famille », puis avons profité d’Halloween pour aborder l’histoire d’Halloween, ses origines, des poésies et contes sur le thème, Samhain. En parallèle, Nous préparons la théorie de son galop 2 pour l’équitation, de la même façon pour l’orthographe du vocabulaire. Et nous débutons le thème du temps qui passe (jour de la semaine, des mois, les saisons, les années, les siècles…)

Nous allons, par ailleurs, faire un cahier d’écrivain. Le CPE, lors de notre dernier contrôle, nous avons conseillé qu’elle écrive, peu importe l’orthographe, sans relevé les erreurs, afin qu’elle prenne le goût et l’habitude d’écrire. L’orthographe, grammaire et conjugaison viendraient petit à petit.

Nous avons pour projet de faire un journal mensuel.

Divers liens sur le cahier d’écrivain :

J’aimerai acheter ses livres :

 

2 comments

  1. Je suis maman avec une fille en IEF, mais une partie de ce que tu fais me fait penser à mes étudiants en cours de français langue étrangère (bon il y a 3 ans déjà). En fait, l’étude étymologique du mot était pour beaucoup d’entre eux la seule façon de retenir l’orthographe. L’occasion de parler des mots qui voyagent donne un côté plus fun à tout ça.
    Et j’aime beaucoup l’idée des deux colonnes pour la dictée. Je vais probablement l’utiliser pour une de mes élèves du moment.

    1. Bonjour tiphanya. Je cherche justement un livre d’étymologie adapté aux enfants et sympa. Je pense que ça l’aidera à mémoriser.

      L’idée des 2 colonnes est vraiment super surtout pour les enfants qui manquent de confiance en eux. Ils voient par eux mêmes qu’en fait ils en savent plus qu’ils ne le pensent

Laissez un p'tit mot ou un grand, ça fait toujours plaisir et motive à écrire ce blog ;) Merci